AMENHOTEP III ET LES COLOSSES DE MEMNON - RIVE OUEST DE LOUXOR

Les "Colosses de Memnon".

Album Fox, le miroir de vérité - J.Dufaux - J-F.Charles

Schéma du site (Kheops Egyptologie)

Arrêt obligé des cars se dirigeant vers la Vallée des Rois, ces statues méritent mieux que la "station photo" proposée (ou imposée) par les guides. (14) sur la carte des vallées. (Voir la rubrique CARTES LOUXOR).
Les Colosses sont les plus grands vestiges du temple funéraire édifié pour Amenhotep III sur la rive gauche. Les dimensions de ce temple -selon le schéma ci-joint- n'avaient rien à envier aux autres édifices du même genre. Le choix de son emplacement est un peu curieux, car lors des inondations du Nil ,il semblait flotter sur l'eau. Certains y voient une allégorie rappelant le "Noun" primordial, c'est à dire la masse liquide d'où émergèrent les premiers dieux et toute vie, mais allez savoir...
Mesurant environ 20m de haut, les colosses, figures d'Amenhotep III, encadraient la porte du pylône d'entrée du temple. Leur poids respectif est estimé à 1300 tonnes. Amenhotep III est représenté coiffé du Nemes. Si comme moi vous avez eu la chance de les survoler, peut-être avez vous remarqué une cavité sur le dessus du Nemes. Les Egyptologues pensent qu'une autre coiffure -peut-être le Pschent, double couronne- y était insérée.

Cette profusion de couronnes était très en vogue sous Amenhotep III.

Le roi est assis sur un siège sur le côté duquel est gravé le "Sema Tawy" (Union des deux terres). Contre ses jambes,  les deux femmes de sa vie : Mountemounia, et Tiyi.
S'il ne reste quasiment rien du temple, c'est que le site, déjà ruiné par le tremblement de terre de l'An 27 A.C. A servi de carrière au siècle dernier.
Au dos des colosses, le cartouche du roi où vous lirez Neb Mâât Rê, et aussi la mention "Sa Rê" (fils de Rê) transcrit en hiéroglyphe par le canard (Sa) et le disque solaire (Rê), et plein d'autres choses encore si vous avez de bons yeux...

Sema tawy sur le côté du siège - Photo de C.Duquesne.

Pour mémoire (mais vous le savez sûrement déjà), les colosses n'ont de Memnon que le nom. Rien à voir avec Pharaon ! Strabon, historien et géographe grec, rapporte que le tremblement de terre cité plus haut provoqua des fissures sur les colosses, de l'épaule au bassin. Dès lors, à chaque lever du soleil, la statue nord se mit à émettre des sons. Ce phénomène devint "l'oracle de Memnon" (roi mythique d'Ethiopie, fils de l'Aurore), et suscita des pélerinages pour les grecs et les romains de l'époque. Septime Sévère, en remerciement à Memnon, fit restaurer les statues qui -les ingrates !- cessèrent alors de parler

Le gardien des colosses...Photo C.Duquesne.

 

Le dos du colosse - Photo C.Duquesne.

 

Reconstitution du temple (tiré de l'art et l'histoire de l'Egypte)

 

détail du cartouche et la lecture de fils de rê - Photo C.Duquesne

Le Memnon restaurant - Photo C.Duquesne.

Petit conseil d'amie : avant de quitter Amenhotep III, traversez la route, juste en face des colosses, et allez siroter un jus de fruit (ou déjeunez, la cuisine est excellente) à l'ombre des tonnelles du "Memnon Restaurant" d'où vous pourrez évoquer tout à loisir, et avec une très jolie vue sur lui, le charme de ce pharaon dont les yeux en amande ont dû émouvoir plus d'une dame du Palais...

Le colosse, vu du restau.Photo C.Duquesne.

Amenhotep a régné de 1386 à 1329 A.C., soit il y a environ 3400 ans...

 

Amenhotep III et Sobek, le dieu crocodile (carte du musée de Louxor).

Carte d'identité de ce pharaon , avec deux principaux de ses cinq noms, et petit cours d'égyptien ancien :
 
IMENHOTEP HEQAOUASET : "Amon est satisfait, Prince de Thèbes"
C'est le nom qui lui a été donné à sa naissance, accompagné d'un qualificatif
IMEN = Amon (ça, c'est facile)  HOTEP : satisfaction, contentement
HEQA = Prince (par extension : heqa est le nom d'un sceptre en forme de crochet tenu très souvent par les pharaons dans leurs représentations)
OUASET : nom ancien de Thèbes
 
NEB MÂÂT RÊ : Rê est le maître de Mâât
C'est son nom de couronnement, que l'on retrouvera en particulier dans ses cartouches.
 
Neb : hiéroglyphe en forme de corbeille dont une des traductions est "maître"
: pas de problème, Mâât non plus, je suppose

Nous abordons avec Amenhotep III l'apogée culturelle de l'Egypte ancienne.

38 années de règne, commencées à l'âge de 12 ans, qui sont 38 années de paix.
Amenhotep III est le fils de Thoutmosis IV, connu entre autres par la stèle du songe qu'il a fait placer entre les pattes du Sphinx, et de Moutemounia, une épouse secondaire. Il épouse TIYI, fille de Youya (son père) et Touya (sa mère). Tiyi a des frères, dont AY, qui deviendra roi plus tard.
Amenhotep III et Tiyi auront plusieurs enfants, dont le très célèbre Amehotep IV, (Akhenaton); qui épousera Nefertiti. D'autres épouses : Gilukheba et Tadukheba, princesses mitaniennes. Autre épouse encore : une fille du roi de Babylone et (au diable l'avarice) quelques princesses asiatiques faisant partie des "cadeaux" diplomatiques des rois de ces pays.

 

Amenhotep, fils de Hapou - Photo C.Duquesne

Le règne d'Amenhotep fut particulièrement prestigieux, tant sur le plan artistique qu'architectural, Amenhotep, fils de Hapou, dont le nom fut mentionné dans le précédent article sur la fête d'Opet, étant concepteur et réalisateur. Nous lui devons une bonne partie de Thèbes, telle que nous la voyons actuellement. Sur l'autre rive, ne reste plus  du temple funéraire que les "Colosses de Memnon", qui encadraient la porte d'entrée, et sont en bien mauvais état. Pour la statuaire : un millier de statues répertoriées dont 150 de Sekhmet (déesse lionne), et 250 statues royales. Certaines sont gigantesques, tels les colosses précités, ou le couple royal trônant maintenant au fond du rez de chaussée du Musée du Caire, et que l'on voit dès l'entrée.

 

Sekhmet - Photo C.Duquesne

Il y eut aussi beaucoup de scarabées commémoratifs, au nombre d'environ 200, répertoriés en 5 séries :

- la chasse aux lions.

Il est dit que Pharaon en aurait tué 110.. Ainsi sont exaltés la force et le courage du roi (même si l'on peut supposer qu'il a été un peu aidé...)
- le mariage où l'on retrouve le nom de Tiyi et de ses parents.
- Le creusement du lac, évènement qui eut lieu en l'an 30 du règne. Ce lac se trouvait près d'Akhmin, pays d'origine de Tiyi .
- la chasse au taureau sauvage (an II du règne, le roi n'avait que 14 ans..) où il aurait tué 96 de ces bestiaux. Evènement fort symbolique, si l'on se souvient que le titre de "Taureau Puissant" est l'un de ceux dévolus aux Pharaons.
- Arrivée de Giloukheba en Egypte avec ses 317 servantes (ça en fait, des cotisations URSSAF !)

Amenhotep coiffé du khepresch (Musée de Berlin)

Photo de droite :Amenhotep III court devant Min. Il tient le "Htp" que l'on peut traduire par "gouvernail" (musée presque pas visité non loin de M. Habou.) Couleurs d'origine !
Photo de gauche : Amenhotep coiffé du khepresch (Musée de Berlin).
 

Amenhotep III court devant Min.

Quid de la politique extérieure ?

Les infos nous viennent des "Lettres d'Amarna" 382 tablettes cunéiformes trouvées au cours des diverses fouilles chez Akhenaton, qui couvrent une durée de 30 ans et vont d'Amenhotep III jusqu'à Toutankhamon. Ce ne sont pas des archives, mais un petit vestige des correspondances diplomatiques, divisées en deux parties : les lettres entre le roi et les grandes puissances reconnues par l'Egypte et réciproquement : Babylone, Assyrie, Mittani, Arzawa (actuelle Cilicie) et Alashiya (Chypre), et celles provenant d'Egypte à destination des princes locaux, palestiniens et syriens.
Le style et la phraséologie changeaient, selon à qui s'adressaient les courriers : ainsi, les rois des grandes puissances avaient droit à des "mon Frère", et autres courtoises dénominations, les autres étaient traités comme de simples sujets.

Carte de l'Asie au temps d'Amenhotep III (Atlas de l'Egypte ancienne,

Et que disaient ces lettres ?

8O% consistaient en tractations et marchandages sur la dot des "épouses diplomatiques". On veut bien accepter une épouse étrangère, mais pas à n'importe quelles conditions, et, par contre, pas question d'envoyer une princesse égyptienne vers Babylone, comme l'aurait souhaité son roi !
Le seul intérêt politique est avec le Mitanni, qui, en conformité avec le traité de paix existant avec l'Egypte, procure à cette dernière les informations pouvant lui être utiles.
Les lettres "politiques" font état de problèmes avec les vassaux du Nord et du sud, qui sans doute auraient bien voulu retrouver leur indépendance. La partie nord de l'Asie sera perdue sous Akhenaton, la partie sud restera sous domination égyptienne jusqu' à la fin du Nouvel Empire.

D'autres photos des colosses de Memnon

 

 Christiane.Texte de Christiane Duquesne

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.