Où louer des vélos ?

Parcourir au guidon de son vélo la campagne Thébaine est un pur bonheur.

Pouvoir s’arrêter à sa guise pour profiter pleinement de la beauté des paysages est un luxe que seule la promenade en vélo ou à pied peut vous promulguer.

La route permettant d’accéder au village de Gournah est un faux plat tout à fait paisible.

Mon escapade préférée :

Départ de la villa aux alentours de 8h00.

Les berges du Nil scintillant de Râ sont paisibles, Toutankhamon(13) ouvre son rideau métallique, le patron me salue, les appels aux motorboats ou aux taxis ne raisonnent pas encore sur Gezira. Au loin des grappes humaines descendent du ferry, je dépasse le Nile Valley, à ma gauche j’aperçois Sayed à la terrasse d’un café. Je quitte la ville, de chaque côté de la route les paysans émergent de leurs champs de canne à sucre. Au loin la montagne Thébaine commence à grossir, je dépasse Sobek se lamentant dans ses papyrus.  Je fais une halte aux pieds des colosses de Memnon afin de saluer Aménophis III. De son temple, il ne reste que ses ruines que l’égyptologue Hourig Sourouzian fait surgir de terre. J’ai beau tendre l’oreille, ce matin Aménophis est silencieux (1). 

Je remonte sur ma bicyclette, les couleurs vives des rares maisons rescapées de Gournah se rapprochent. Je n’oublie pas d’acheter mon ticket d’accès au temple de Medinet Abou (Office à gauche du rond point). La petite route qui mène au temple de medinet Habou est merveilleuse avec ses habitations traditionnelles et ses champs verdoyants. Je contemple le temple à la terrasse du café Maratonga un thé salvateur à la main. Il est 9h30, j’ai de la chance les cars de touristes ne sont pas encore présents, le temple des millions d’années de Ramsès III est à moi...

  
Mohamed vous conseille de louer vos vélos chez Ahmed (27). Vélos de bonne qualité équipés d’un panier à l’avant et d’une scelle rembourrée.
Prix à la journée : de 15 à 25 LE. A vous de bien négocier.
 
 
(13) Epicerie Toutankhamon - Voir rubrique des cartes.
 
 
(1) "Strabon raconte que , selon une légende locale, la statue se met à « chanter » au lever du soleil et témoigne avoir entendu lui-même le phénomène. Il décrit le son produit comme « un bruit analogue à celui que produirait un petit coup sec» mais se montre circonspect quant à son origine. Devenue une véritable curiosité, la statue est ensuite mentionnée par Pline l’Ancien, qui parle du « son d’une voix humaine» ou encore Pausanias, qui évoque le son d’« une corde de cithare ou de lyre qui se rompt».
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.