Meritamon, l'aimée d'amon

Meritamon, l'aimée d'amon

"Celle dont la face est splendide"

C'est lors de la saison de fouilles 1895-1896 que William Flinders Petrie découvre, à la périphérie nord du temple du Ramesseum, une superbe statue de reine. D'une hauteur de 76 cm, d'une largeur de 44 cm, elle est en calcaire blanc lustré rehaussé de couleurs. Sa facture exceptionnelle la classe dans les chefs d'œuvre de la statuaire du Nouvel Empire.

Le visage est magnifique, surmonté d'une épaisse perruque maintenue par un diadème et dominée par un mortier cerclé de cobras dressés. Elle est richement parée d'importantes boucles d'oreille, d'un bracelet, et d'un large collier menat à plusieurs rangs de fines perles dont elle tient le contrepoids dans la main gauche.

Cette statue demeure longtemps anonyme car seul le texte de la partie supérieure du pilier dorsal est conservé ; aussi, faute de pouvoir lui attribuer une identité, elle est surnommée, "La Reine blanche".

Meritamon, l'aimée d'amon

Ce n'est qu'en 1981, lors de la découverte, dans les ruines du temple de la ville d'Akhmîm, d'une statue "inscrite", beaucoup plus grande mais dont la ressemblance est frappante, que l'on peut l'attribuer à Méritamon.

"Méritamon (ou Merytamen ou Mérytamon ou Meryt-Amon ou Meritamen ou Meryetamen ou Mérite-Amon ou Merytamun ou Meritamun - Mrjt Jmn) est une reine d'Égypte de la XIXe dynastie. Elle fut la 4e fille et l'épouse du Pharaon Ramsès II (1279-1213), et la 3e fille de la Reine Néfertari. Parce qu'elle occupa un rang privilégié dans l'imagerie officielle, elle naquit sûrement avant le couronnement de Ramsès II et fut probablement la plus vieille des filles de Néfertari qui lui ait survécu. Selon Christian Leblanc, pourtant rien n'autorise à voir en elle l'ainée de cette lignée maternelle, puisque sa position varie assez souvent dans les processions Princières figurées dans le contexte"

"L'aimée d'Amon" est mentionnée dans le temple de Louxor comme exerçant la fonction de Prêtresse Chanteuse d'Hathor.

Elle est parée de qualificatifs extrêmement élogieux : Celle qui remplit l'avant-cour de l'odeur de son parfum ; Celle qui se tient près de son Seigneur comme Sothis est à côté d'Orion ; Chanteuse d'Atoum ; Joueuse de sistre de Mout ; Danseuse rituelle d'Horus ; La joueuse de menat d'Hathor ; Maîtresse du sistre ; La bien-aimée de son Seigneur ; La bien-aimé du Seigneur des Deux Terres ; Belle dans le palais ; On est heureux de ce qu'elle dit quand elle ouvre sa bouche pour apaiser le Seigneur des Deux Terres ; Celle dont le front est parfait portant l'uraeus ; Fille du Roi dans le palais [?] du Seigneur de nombreux festivals [?] ; Celle dont la face est splendide, qui est magnifique dans le palais}.

Cette statue de Meritamon est exposée au Musée du Caire : quant à sa demeure d'éternité, référencée QV 68, elle se trouve dans la vallée des reines, entre la tombe de Nefertari est celle de Bentanat.

Marie Grillot Texte de Marie Grillot

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.