LA MAISON D'HOWARD CARTER

Qui est Howard Carter ?

Howard Carter.

Howard carter est l'égyptologue qui a découvert la tombe de Toutankhamon !

Howard Carter est né en Angleterre le 9 Mai 1874. Avant de devenir archéologue il exerce ses dons de dessinateur.
En 1891 il travaille sous les ordres de Percy Newberry, comme dessinateur sur le site Egyptien de Beni-Hasan situé en Moyenne-Egypte, puis l'égyptologue britannique Flinders Petrie lui enseignera l'égyptologie en travaillant sur le site de Tell el-Amarna. (La cité d'Akhenaton)
Entre 1892 et 1898 il travaille sur le site de Deir el-Bahari. (Temple d'Hatchepsout à Louxor)
En 1899, Howard Carter est nommé inspecteur pour la Haute-Egypte et la Nubie par le directeur du Service Egyptien des Antiquités, le français Gaston Maspero.
Entre 1899 et 1905 il concentre son activité dans la Vallée des Rois.(Louxor) Il découvre la tombe KV 60 (propriétaire inconnu), la tombe de Thoutmosis IV (KV 43) et ouvre celle d'Hatchepsout (KV 20).
En 1907 il rencontre George Herbert, cinquième comte de Carnarvon. Dès lors les deux hommes vont travailler ensemble.
En 1913 Theodore Davis cède sa concession dans la Vallée des Rois à lord Carnarvon.

Entre 1913 et 1922 Howard Carter recherche sans résultat la tombe de Toutankhamon dans la vallée des rois.

Le samedi 4 novembre 1922 au matin, sous l'entrée de la tombe de Ramsès VI (KV 9), le raïs Ahmed Gourgar découvre l'escalier menant à la tombe de Toutankhamon (la future KV 62).
De 1922 à 1932 travaux de restauration de la tombe et inventaire du trésor.
Le jeudi 2 mars 1939 Howard Carter décède à Londres

Où se trouve la maison d'Howard Carter ?

La maison de fouilles d'Howard Carter et de son équipe est implantée bien après le Ramasseum, au croisement de la route qui mène à la vallée des rois et de la route en direction de New Gournah. (Numéro 40 - voir rubrique des cartes ) . Une réplique de la tombe de Toutankhamon a été implantée derrière la maison.

Entrée de la maison

Sur la Westbank, au rond-point qui mène à la vallée des rois il ya une maison en briques de terre qui a été utilisé par Howard Carter lors de ses travaux d'excavation dans la vallée des rois dans les années 20. Elle a été construite en 1910. Il ne s'agit pas de la maison sur la colline, mais de celle en contre-bas. Pendant de longues années, il y a eu des rumeurs selon lesquelles elle allait être transformée en musée de la découverte du tombeau de Toutankhamon, mais rien n’avait été fait. La maison de Carter était dans un état de délabrement avancé, mais l'architecte Hany El Miniawy a relevé le défi.

Le projet de restauration de "castle carter " a été présenté en détail, en août 2009, par le chef du conseil suprême des antiquités.

L'inauguration de la maison d'Oward Carter s'est déroulée le 4 novembre 2009 en la présence des descendants de Lord Carnavon, des membres de la famille d'Howard Carter et du Dr Zahi Hawas. Du mobilier et des objets datants de 1910 ont été donné par le Lord Carnavon actuel afin de meubler la demeure ( ustensiles de cuisine, meubles, courriers et notes  d'oward carter...). La caméra du photographe de l'époque Harry Burton's est également exposée.

Plan de la maison

La maison d'Howard Carter.

Plan de la maison

Les travaux

Travaux Octobre 2009

Travaux Octobre 2009

carter house

Seule une partie de la maison est accessible au public. Prix du ticket à prendre au guichet près du rond point - (15) - Le ticket donne droit à la visite de la maison et de la réplique de la tombe de Toutankhamon.

Le vestibuleUn café (Carter café) a été implanté au sein d'un jardin ombragé à l'arrière du bâtiment. C'est un endroit très agréable offrant une très belle vue sur les alentours. Faites une petite pause thé et imprégnez vous de l'atmosphère historique de ce lieu en observant au loin la montagne Thébaine. L'âme de Carter n'est pas loin... Le café est actuellement fermé par manque de clients.

Le jardin

Le mobilier d'Howard

Toutes les pièces de la demeure sont aménagées avec du mobilier d'époque.(peut être pas les originaux ?). De nombreuses photos encadrées d'Howard Carter, de Lord Carnavon, ou de la vallée des rois recouvrent les murs de différentes pièces. Des lettres manuscrites de Carter sont exposés dans sont bureau ainsi que différents objets.

Le bureau de l'archéologue.

Le bureau d'Howard Carter

Le bureau de Carter

Notes de Carter

Aménagement du bureau de Carter

Calendrier arrêté à la date du 22 décembre

L'encrier de Carter

Calendrier arrêté à la date du 22 décembre : on peut penser qu'il s'agit d'une erreur de mois : en effet, la tombe a été découverte le 4 novembre 1922 mais Lord Carnarvon prévenu par le magnifique télégramme "Merveilleuse découverte dans la vallée. Stop. Tombe superbe avec sceaux intacts. Stop. Attends votre arrivée. Stop. » n'arrivera que le 22 novembre.

La machine à écrire de Carter

Les objets de Carter

Télégraphe

Sur la porte du bureau, une page recouverrte de cartouches ptolémaiques

La cuisine

Harry Burton, le photographe de la mission

Appareil photographique de Burton

L'appareil photographique de Burton est exposé à l'entrée de la chambre noire. De nombreux clichés du photographe sont visibles dans cette chambre.

Photos de Burton

Le célèbre fauteuil de Lord Carnavon est exposé dans sa chambre.

La chambre de Lord Carnavon

Lord Carnarvon

Howard Carter et Lord Carnavon

Lord Carnarvon et Howard Carter devant

Le chantier de fouille à la vallée des rois

Sur fonds de chantier de fouilles, est présentée la couverture du rapport des travaux menés dans la Vallée des Reines et la Vallée des Noble par Lord Carnarvon et Howard Carter de 1907 à 1911 ""5 ans de fouilles à thèbes" avec, en bas à gauche, la photo de certains de leurs collègues : Percy Newberry (anglais), Georges Legrain (français), Wilhelm Spiegelberg (allemand)

Une photo des deux découvreurs de la tombe de toutankhamon

Howard Carter (à gauche) et George Edward Stanhope Molyneux Herbert, 5e comte de Carnarvon.

Un chevalet de peintre

La mort de Lord Carnavon

Howard Carter - « The tomb of Tut-ankh-Amen » : publié avec Arthur Mace en 1933.

« Le lendemain matin, 4 novembre, lorsque j'arrivai sur le chantier, un silence inhabituel me fit comprendre que quelque chose venait de se passer. On m'annonça aussitôt ... [qu'] on venait de mettre à jour une marche taillée dans le roc. C'était trop beau pour être vrai ... Je n'osais pas croire que nous venions enfin de trouver notre tombe. A présent, nous progressions plus rapidement et, au crépuscule, alors que nous atteignions la douzième marche, nous aperçûmes la partie supérieure d'une porte scellée, bloquée par des pierres plâtrées. Une porte scellée ... C'était donc vrai ! Des années de patient travail allaient enfin être récompensées ! J'avais eu raison de ne pas perdre foi en la Vallée ... Minute rare dans la vie d'un fouilleur ! Seul avec mes ouvriers, je me trouvais peut-être, après des années de labeur improductif, au seuil d'une importante découverte. Ce couloir pouvait, littéralement, mener à tout. Et je dus faire un immense effort pour me retenir d'abattre la porte sur-le-champ. Le matin du 6 novembre, je lui envoyai [à lord Carnarvon] le télégramme suivant : « Merveilleuse découverte dans la Vallée. Tombe superbe avec sceaux intacts. Attends votre arrivée pour ouvrir. Félicitations ». Le 26 novembre devait être le plus beau jour de ma vie ... Lentement, désespérément lentement, le reste des gravats qui encombrait la partie inférieure de la porte fut déblayé. L'instant décisif était arrivé. Les mains tremblantes, je pratiquai une petite ouverture dans le coin supérieur gauche. J'y introduisis une tige de fer qui ne rencontra que le vide. Puis je plaçai une bougie devant l'ouverture, pour m'assurer qu'il n'y avait pas d'émanations dangereuses, élargis le trou et regardai. Anxieux, lord Carnarvon, lady Evelyn et Callender se tenaient près de moi. D'abord, je ne vis rien ; l'air chaud qui s'échappait de la chambre faisait clignoter la flamme de la bougie. Puis, à mesure que mes yeux s'accoutumaient à l'obscurité, des formes se dessinèrent lentement : d'étranges animaux, des statues, et, partout le scintillement de l'or. Pendant quelques secondes - qui durent sembler une éternité à mes compagnons - je restai muet de stupeur. Et, lorsque lord Carnarvon demanda enfin : « Vous voyez quelque chose ? », je ne pus que répondre : « Oui, des merveilles ! ». Alors, j'élargis encore l'ouverture pour que nous puissions voir tous les deux. "
 

Voir aussi : La découverte de la tombe de Toutankhamon

Lettre de Carter

Journal d'époque

Le chevalet de peintre nous rappelle qu'au début, Carter était peintre aquarelliste. A droite :cette page de l'agenda de Carter est particulièrement émouvante : en date du 5 avril, il y note la mort de Lord Carnarvon, au Caire.

Domaine dans le Derbyshire : Bretby HallLord Carnarvon habitait le château de Highclere mais possédait un autre domaine dans le Derbyshire : Bretby Hall
Il envoya des briques de cette demeure vers l'Egypte pour aider Howard Carter a construire cette maison qu'ils surnomèrent "castle carter".

Réplique de la tombe de Toutankhamon

"Les tombes de la vallée des Rois et de celle des Reines qui sont ouvertes aux visiteurs subissent de graves dommages, à la fois dans leurs couleurs et dans leurs reliefs", avait averti en 2009 Zahi Hawass, le directeur du Conseil suprême des Antiquités d'Égypte. "Les niveaux d'humidité et de moisissures augmentent à cause du nombre important de visiteurs et les décors pourraient disparaitre d'ici 150 à 500 ans".

De nouvelles mesures ont été ou vont être prises: restriction du nombre de visites, rénovation des systèmes de ventilation, fermeture temporaire de certaines tombes.

Les autorités ont également décidé que quelques sépultures (comme celles de Toutankhamon, Néfertiti et Séthi Ier,) seront à terme définitivement closes, et remplacées par des répliques, dans un endroit près de la vallée des Rois. Des spécialistes procèdent actuellement à des relevés au laser pour fabriquer ces duplicata.

La réplique de la tombe de Toutankhamon a été financée par Factum Arte et le Centre Tarek Waly Architecture et du Patrimoine. La construction a débuté en Janvier 2014 et a été finalisée fin Avril 2014. Ce fac-similé parfait est installé en prolongement du petit jardin de la maison d'Howard Carter au sud du site original qui reste (pour l'instant) toujours ouvert au public. L'original et sa copie pourront être visités.

 

Entrée de la réplique de la tombe

Sarcophage en quartzite rouge

Réplique des fresques

Avec son sarcophage en quartzite rouge et ses déesses ailées ; ses murs ornés de représentations d'Osiris, d'Hathor ou d'Anubis, la réplique de la chambre funéraire du célèbre pharaon Toutankhamon à été inaugurée le 30 avril 2014.

Lancée en 2009 sous la supervision du Conseil Suprême des Antiquités Egyptiennes (CSA), cette réplique exacte de la sépulture du pharaon de la XVIIIe dynastie (Nouvel Empire) a été réalisée par la société Factum Arte, basée à Madrid, en Espagne. 

Aboutissement de nombreuses années de travail, cette restitution a impliqué le développement de technologies 3D de pointe, pour enregistrer et restituer les œuvres picturales ornant les murs de la chambre funéraire. Ce fac-similé fait partie d'une initiative plus large qui vise à protéger certaines tombes de la nécropole thébaine fermées pour des raisons de conservation. 

L'équipe de la mission de fouille

Réplique de la chambre funéraire

Réplique de la chambre funéraire

Égypte : le tourisme devient durable grâce à l'art de la réplique d'une start up

Processus d'excavation et d'installation du projet de fac-similé du tombeau du roi Toutânkhamon situé dans la Vallée des Rois.

Travaux

Alors que, pour être préservés, de nombreux sites telle la grotte de Lascaux ont dû être fermés au public, une start-up espagnole, Factum Arte, s'est spécialisée dans leur reproduction exacte à l'échelle 1, afin que les visiteurs puissent encore s'en faire une idée fidèle.
Peut-on concilier tourisme culturel et préservation de sites historiques ? C'est à cette question que, depuis sa création en 2001, l'entreprise Factum Arte s'est attelée à répondre. Basée à Madrid, son équipe de conservateurs et de techniciens est spécialisée dans la réalisation de répliques d'œuvres ou de sites dont la durée de vie est menacée par leur exposition aux touristes.

En avril dernier, la réplique grandeur nature de la chambre mortuaire de Toutankhamon a ainsi été inaugurée à Louxor.

Travaux

Adam Lowe, fondateur de Factum Arte, assure que les réactions des premiers visiteurs ont été « incroyablement excitantes. Les gens s'étouffaient de surprise, certains pleuraient. À ce jour, nous n'avons reçu aucun retour négatif », analyse-t-il.

En pourparlers avec le Conseil supérieur des antiquités égyptien depuis 2000, Factum Arte a passé cinq ans à effectuer les mesures au scanner 3D de la chambre mortuaire du légendaire pharaon, collectant ainsi 100 millions de données par mètre carré.

À raison de 2,8 grammes de transpiration en moyenne par visiteur, on comprendra que, depuis la découverte de la chambre originale par Howard Carter, il y a quatre-vingt-deux ans, ces peintures aient été dégradées. Jusqu'en 2010, le site recevait 1.000 visiteurs par jour en moyenne...

Travaux

Aujourd'hui, il est question que l'original de la chambre, qui se situe à un kilomètre de sa réplique, soit fermé dans les prochaines années, comme c'est déjà le cas des tombeaux de Séthi Ier et de Néfertari, mais pour l'instant, aucune date n'a été arrêtée par le ministère du Tourisme égyptien. Encore impopulaire il y a une dizaine d'années, l'idée qu'il fallait protéger certains sites de leur propre attractivité a fait du chemin, et avec elle, celle qu'un changement de paradigme dans le tourisme culturel était inévitable.

La première réplique des grottes de Lascaux, ouverte au public en 1983, a créé un précédent dans ce domaine. Depuis, les avancées technologiques ont permis le reste.

« La dimension éducative est au cœur de notre projet, argumente Adam Lowe. Avec le tourisme durable, nous espérons que la volonté de protection des œuvres viendra des visiteurs eux-mêmes. »

Travaux

Vers des musées pourvus uniquement de répliques

« Au XIXe siècle, il était courant que de grands musées exposent des moulages réalisés à partir d'œuvres originales, de Michel-Ange par exemple, sans que le public ne s'en offusque, analyse Tom Hardwick, égyptologue. Puisque les gens se déplaçaient beaucoup plus difficilement qu'aujourd'hui, il était commun de penser qu'il valait mieux voir une réplique d'une œuvre majeure qu'une œuvre originale de second plan. »

Avec le tourisme de masse, à l'inverse, le XXe siècle a été le théâtre du « culte de l'original ». Les musées américains n'ont, par exemple, jamais été aussi fréquentés que quand la Nasa, dans les années 1960, a envoyé à une sélection d'entre eux des échantillons de cailloux trouvés sur la Lune.

« C'est encore la question qu'on me pose le plus souvent aujourd'hui, remarque Tom Hardwick. "Est-ce que c'est un vrai ?" Il y a un élément psychologique indéniable de l'ordre de l'aura, du karma, de l'arôme - appelez-le comme vous voulez - de l'œuvre originale qui me paraît difficilement remplaçable. »

Toutankhamon réplique

Un musée-réplique

Au-delà des questions de préservation, le changement le plus profond, et aussi le plus fascinant, créé par la réalisation de répliques, c'est l'ubiquité de l'œuvre et la possible restitution de celle-ci à son pays d'origine. Factum Arte a notamment travaillé à la reproduction des Noces de Cana de Véronèse, le plus grand tableau du musée du Louvre, à Paris.

La réplique réalisée par l'équipe est aujourd'hui exposée dans le réfectoire du monastère de San Giorgio Maggiore à Venise, c'est-à-dire le lieu pour lequel elle avait été originellement commandée en 1563, et où elle se trouvait jusqu'à la campagne d'Italie de Napoléon, en 1797.

Dans le cas particulier du tourisme en Égypte, la mode des répliques est aussi liée à la sécurité physique des touristes. Dans le contexte politique actuel, une majorité de visiteurs préfère se cantonner à des villes touristiques du Sinaï réputées sûres, et ainsi éviter Le Caire.

Toutankhamon réplique

Travaux

Travaux

Il se murmure qu'un projet de « musée-réplique » du musée national du Caire pourrait voir le jour à Charm el-Cheikh. Mais pour l'instant, là non plus, aucune date n'a été donnée. Pour Adam Lowe, cependant, ce genre de projet reste très éloigné de l'esprit dans lequel travaille Factum Arte. Pour lui, « c'est de la réplique type parc d'attractions ».

Source : "La Tribune" / Antiquités / Archéologie / Tourisme / ‪#‎Egypte‬par Isabelle Mayault

Ajouter un commentaire