Chassés de Louxor par les touristes et les archéologues .

Le déplacement forcé des habitants d’un village de la montagne thébaine, sur la rive ouest de Louxor en Egypte, est sur le point de s’achever. Ils sont une dizaine, assis en cercle devant la porte du petit pavillon. Gardiens de temples ou de tombes pharaoniques, vendeurs de souvenirs, guides ou chômeurs. Chaque soir, quand le soleil plonge derrière la montagne thébaine, ils se retrouvent pour évoquer le bon vieux temps. Cela ressemble à une de ces réunions d’exilés, teintée de tristesse et de nostalgie. Sauf que pour ces enfants de Gourna, sur la rive ouest du Nil à Louxor, le paradis perdu se situe à moins de dix kilomètres. Pendant des siècles, les Gournaouis ont vécu dans des maisons construites au-dessus des tombes des Nobles, à flanc de montagne. Pendant des décennies, ils ont résisté à toutes les tentatives pour les en déloger, et laisser ainsi le champ libre aux archéologues, alors que la montagne dissimulerait encore un millier de tombes inconnues.

Destruction de Gournah.

 

Destruction de Gournah.

Mais il y a un peu plus de deux ans, les autorités égyptiennes ont envoyé les bulldozers raser les premières masures. Fin novembre, elles ont arraché les fils électriques alimentant - illégalement - les dernières maisons de Gourna. Pour les ultimes «résistants», la fin est proche. Depuis deux ans, les uns après les autres, les Gournaouis se sont résignés à s’installer à New Gourna, dans des lotissements construits en plein désert. Loin des circuits touristiques et des champs de la vallée du Nil qui assuraient leur subsistance. Une population précarisée «Personne ne veut venir dans ce lieu brûlé par le soleil et infesté de scorpions, mais que peut-on faire ?», demande Saïd, la quarantaine résignée. Gardien dans la vallée des Rois, son trajet quotidien s’est allongé de cinq kilomètres, qu’il parcourt au guidon de sa moto chinoise, achetée 3 500 livres (500 euros) à crédit. «Ici, il n’y a pas d’autre moyen de transport», souligne-t-il. Saïd vit dans un joli pavillon aux murs en crépis rouge. Quand elles veulent bien marcher, il a l’électricité et l’eau courante, interdite dans son ancienne demeure pour éviter les infiltrations. Pour le gouverneur de Louxor, qui le martèle à la télévision, c’est le paradis. Pas pour Saïd. Sa femme et ses cinq enfants s’entassent dans un trois-pièces de 70 m2 en béton, «trop chaud l’été et trop froid l’hiver». La cuisine est aussi grande que des toilettes. Les toilettes aussi odorantes qu’une fosse septique. Pour lui, qui vivait dans une maison de 300 m2 en briques séchées, sans compter l’abri pour les animaux domestiques qu’il a dû laisser derrière lui, le lopin de terre dans la fertile vallée du Nil troqué contre un carré de sable, ou le four à pain, le choc a été rude. «À Gourna, nous avions de l’espace pour vivre, agrandir nos familles, laisser jouer les enfants. Ici, les maisons sont faites pour un couple, pas pour une famille. Tout le monde a la même surface, quel que soit le nombre d’enfants», regrette-t-il.

Le soir, quand il retrouve ses amis, Saïd se console comme il peut. Lui, au moins, n’a pas perdu son travail, comme plusieurs de ses cousins, employés dans des fabriques d’albâtre désormais fermées. «Les revenus des Gournaouis sont conditionnés à la proximité des sites pharaoniques. En les éloignant, on précarise davantage une population déjà fragile», souligne la chercheuse Sandrine Gamblin, auteur d’une thèse sur le tourisme à Louxor. Selon elle, cette façon de «virer les gens qui dérangent» est symptomatique des «politiques d’aménagement en Égypte, qui ont toujours été focalisées sur les monuments, sans jamais tenir compte des besoins des habitants». C’est aussi le cas des pyramides de Guizeh ou du temple de Karnak, désormais encerclés par des murs destinés à «protéger» les sites. Le paradoxe, c’est que l’éviction des Gournaouis risque d’avoir l’effet contraire. Selon un égyptologue familier des lieux, par exemple, les pigeons qui logeaient autrefois dans les maisons colonisent aujourd’hui les temples, comme celui de Ramsès III, maculant les murs aux peintures fragiles de déjections acides.

Les Gournaouis ont aussi conscience de payer leur réputation de «pilleurs de tombes», héritée du XIXe siècle, quand tout le monde - à commencer par les archéologues européens - se servait sans scrupule dans les trésors mis au jour. «Protecteurs des tombes» Devant sa maison peinte dans le style pharaonique, Mohammed, l’un des derniers habitants du vieux Gourna, se désole de cette image. «Nous sommes les protecteurs des tombes, affirme-t-il. Quand nos maisons seront rasées, qu’est-ce qui les protégera des intempéries ? Quand nous serons partis, qui dissuadera les pilleurs de venir ?» Comme tous les Gournaouis, Mohammed se sent victime d’une injustice. «Nous n’avons jamais causé de problème, plaide-t-il. Nos enfants côtoient les touristes dès le plus jeune âge, ils sont très accueillants avec les étrangers. Quand il y a eu l’attentat en 1997 (58 touristes massacrés par un commando islamiste dans le temple d’Hatchepsout, NDLR), c’est nous qui avons traqué les terroristes dans la montagne pour les empêcher de continuer à tuer. La police, on ne l’a pas vue. Aujourd’hui, elle n’est là que pour nous chasser.» Un vent d’amertume souffle sur Gourna. Comme tous les soirs depuis cinquante ans, Mohammed contemple le panorama extraordinaire formé par Nil et les temples illuminés. Sans doute, il le sait, pour l’une des dernières fois. Tangi Salaün, envoyé spécial à Gourna - Le figaro

Gourna en détresse - Décembre 2008.

Deux ans après le déplacement des habitants de Gourna, une trentaine de familles refusent toujours de quitter les lieux et vivent privées d’électricité. Quant à ceux qui ont été déplacés, ils se lamentent sur leur sort. Reportage. 

Louqsor arbore sa tenue de fête pendant ce mois de décembre. Dans les rues, des ouvriers s’affairent pour embellir les arbres en y accrochant de petites lampes colorées et installer des lampadaires sur la pelouse. L’éclairage des rues et des parcs publics est tellement dense qu’on a l’impression d’être en plein jour. Et pourtant, à quelques mètres, des familles entières vivent dans l’obscurité. Le village de Gourna s’étend sur les collines de l’autre rive du Nil. Il y a deux semaines, la société d’électricité décide subitement de couper le courant. Motif invoqué : « C’est une décision des hautes instances pour sanctionner les habitants désobéissants et les obliger à partir vers le nouveau Gourna », affirme Mohamad Al-Tayeb, chef de la municipalité.

Décembre 2008.

La ville de Louqsor, située à 745 km au sud du Caire, avait lancé en 2006 un projet visant à déplacer les habitants de ce village sur la rive ouest de la ville, afin d’engager des fouilles archéologiques et transformer cette région en site touristique. C’est le deuxième plus grand déplacement de la population dans l’histoire de l’Egypte moderne, après celui des habitants de l’ancienne Nubie évacués de leurs terres pour permettre la construction du Haut-Barrage, en 1963. 3 200 familles ont été obligées à quitter les lieux depuis. Une minorité refuse encore de partir.

Gourna est la plus grande agglomération de la rive ouest de Louqsor, construite il y a un peu moins de deux siècles. Ces habitants vivaient dans 800 maisons en terre crue. La plupart travaillent dans l’agriculture, le tourisme et l’artisanat. Ils pratiquent également l’élevage de volailles et du bétail.

Vivre sans courant

Les quelques familles qui ont refusé de partir vivent dans des conditions difficiles. « Au coucher du soleil, il n’y a plus de vie ici. Les enfants révisent leurs cours à la lumière des bougies, les médicaments sont abîmés à cause de la chaleur et il n’y a pas de frigidaire », explique Saber Mohamad, père d’une famille de quinze membres. Après la coupure de courant, des unités de police sont venues et ont encerclé les lieux multipliant les tentatives d’intimidation. « Ils nous menacent de nous arrêter ou de démolir les maisons », ajoute Gamal, père de six enfants. Les policiers fouillent systématiquement les maisons et les personnes. « Ils disent qu’ils veulent protéger les tombes pharaoniques. Mais nous ne sommes pas des voleurs », ajoute Gamal. Et d’expliquer : « Nous aurions pu faire du bruit et manifester devant les touristes. Mais nous ne voulons pas déformer l’image du pays. Que le gouvernement s’intéresse à nos demandes ». Si ces habitants refusent de quitter les lieux, c’est parce que les autorités leur proposent des logements inappropriés sur l’autre rive du Nil. « On nous a dit que nous aurons des appartements d’une seule pièce. Mais comment pourrions-nous y vivre alors que nous sommes formés de familles nombreuses ? », lance Azza, habitant Gourna.

L’eau se fait rare

A cinq kilomètres de Gourna se trouve le nouveau Gourna, construit en 2006 pour accueillir les 3 200 familles. Lorsque les premiers déplacés sont arrivés ici, tout laissait à croire qu’il s’agissait d’un village modèle. A l’entrée du village, se trouvait un grand jardin fleuri muni d’aires de jeux pour enfants. Les rues étaient flanquées d’arbres et les maisons d’un seul étage composées de deux ou de trois pièces étaient peintes de couleurs gaies. Il n’y avait aucun problème d’eau ni d’électricité.

Aujourd’hui pourtant, la scène a radicalement changé. Il n’y a plus d’espaces verts. « Deux semaines après notre arrivée ici, des ouvriers de la municipalité sont venus et ont tout emporté : la pelouse, les jeux et certains meubles qui équipaient les maisons », indique Asmaa, une des habitantes. Elle explique que ces installations avaient été mises pour la cérémonie d’inauguration qui a vu la présence de plusieurs ministres et des médias internationaux. Mais dès que les responsables sont partis, tout a été enlevé !

Deux ans après leur déplacement, ils regrettent d’avoir quitté leurs maisons d’origine. « Quelques mois après notre arrivée ici, des fissures ont commencé à apparaître dans les murs des maisons », affirme Hamada Mohamad, qui habite avec les 8 membres de sa famille dans une maison de 80 mètres carrés, qui fait pâle figure par rapport aux 200 mètres qu’il possédait auparavant. Pour se rendre chaque jour à son  terrain situé près de l’ancien Gourna, Hamada, agriculteur, loue une voiture privée à 10 L.E. par jour. « Ce n’est vraiment pas commode », lâche-t-il. Comme lui, des milliers de villageois du nouveau Gourna luttent quotidiennement pour se rendre à leur boulot, car il n’y a pas de moyens de transport entre l’ancien et le nouveau Gourna. Certains travaillent comme ouvriers dans les ateliers de fabrication de l’albâtre, situés dans l’ancien Gourna. « Depuis que les autorités ont décidé de couper l’électricité, ces ateliers ont cessé de fonctionner et nous avons été contraints de rester à la maison », explique Mohamad Motawie, propriétaire d’un atelier de fabrication d’albâtre.

Si au nouveau Gourna il n’y a pas de coupures de courant, les habitants souffrent d’une pénurie d’eau. Tous les matins, les femmes se rassemblent devant le robinet du jardin public pour remplir des jerricans et faire les réserves de la semaine. L’eau arrive avec parcimonie car le nouveau Gourna est situé sur une colline élevée. Les habitants aisés se servent de pompes à eau. « Nous avons cru à un moment que la vie serait meilleure ici. Mais nous avons été déçus. Le gouvernement s’intéresse aux tombes pharaoniques mais nous ne figurons pas dans ses comptes », concluent les habitants.

Héba Nasreddine - Journal Al-Ahram -

3 questions à Ahmad Al-Tayeb, chef de la municipalité de Louqsor.

 

 

Mohamad Al-Tayeb.

« Leur délogement était indispensable »

Al-Ahram Hebdo : En quoi consiste le projet de délogement des habitants de Gourna ?

Mohamad Al-Tayeb : L’idée du projet d’évacuer Gourna a été lancée depuis 75 ans, mais elle n’a été mise en vigueur qu’à la fin de 2006. Ce retard est dû au manque de financement et à la difficulté de convaincre les habitants de quitter leur village natal, qu’ils habitent depuis 200 ans. Il a fallu installer des maisons alternatives pour les recevoir. Ceci nécessitait une somme de 180 millions de L.E. Leur délogement était indispensable, car un millier de tombes pharaoniques se trouvaient sous les maisons, qui sont endommagées à cause de l’infiltration des eaux usées. Sans compter la vente illégale de ces tombes, découvertes par les habitants eux-mêmes.

Le projet consistait en la construction de maisons individuelles de 80 m2 de superficie. Pour garantir la transparence dans la distribution, le Haut Conseil de la ville de Louqsor a créé une commission chargée du recensement des habitants et du contrôle de la distribution.

Al-Ahram Hebdo : Deux ans après le lancement du projet, une trentaine de familles refusent toujours de quitter leurs anciennes demeures ...

Mohamad Al-Tayeb : Tous les habitants ont accueilli chaleureusement le départ, sauf cette minorité. Ce n’est pas du tout logique d’être au XXIe siècle et de continuer à vivre sans services. Ces familles ont refusé dès le début d’être recensées, car elles affirment que les nouveaux logements sont étroits et ne conviennent pas à leur mode de vie ... Pourquoi continuent-elles donc à vivre sur la colline sans eau ni électricité ? Je pense que la seule raison est le vol des monuments.

 Al-Ahram Hebdo :Justement, les habitants se plaignent de l’exiguïté des logements composés d’une seule pièce.

Mohamad Al-Tayeb : Ces gens sont avides. Les unités sont achevées et nous n’allons pas leur en construire d’autres car ils ne faisaient même pas partie des gens recensés.

Propos recueillis par H.B.



Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.