Les dernières découvertes archéologiques dans la région de Louxor

Trouveurs de trésors à LOUXOR

Découverte dans la nécropole de Dra Abou el-Naga - Avril 2017

Huit momies, des sarcophages en bois aux couleurs vives, un millier de figurines funéraires: des archéologues ont fait des découvertes fabuleuses en Haute-Egypte dans une tombe de l'époque pharaonique, vieille de près de 3.500 ans.

Avril 2017 Avril 2017 Avril 2017
La tombe située dans la nécropole de Dra Abou el-Naga sur la rive Ouest de Louxor, véritable musée à ciel ouvert , appartenait vraisemblablement à Userhat, un magistrat de la 18e dynastie (1550?1295 avant J.-C.), portant le titre de "juge de la ville".
Mais elle a été réutilisée quelques siècles plus tard sous la 21e dynastie, pour accueillir d'autres momies.
"C'était une surprise de découvrir autant d'éléments à l'intérieur: des ustensiles en argile portant le nom du propriétaire de la tombe, plusieurs sarcophages et des momies, ainsi que plus d'un millier d'+ouchebti+", petites statuettes funéraires déposées dans les tombes pour servir le mort dans l'au-delà, a indiqué le ministre des Antiquités Khaled al-Anani, lors d'une visite de la tombe organisée mardi pour la presse.
"C'est une découverte importante, et ce n'est pas encore fini", s'est-il réjoui.
Dans un premier temps, la porte-parole du ministère des Antiquités, Nevine el-Aref, avait rapporté la découverte de "six momies", précisant que ce chiffre pourrait augmenter en raison de la présence de fragments supplémentaires.
Puis le chef de la mission archéologique, Mostapha Waziri, a annoncé un total de "8 momies et 10 sarcophages" retrouvés dans la tombe. "Les fouilles se poursuivent", a-t-il avancé en guise d'explication.

- Dizaine de figurines funéraires -
Dans la tombe, des experts égyptiens s'activent autour de sarcophages en bois, brisés mais bien conservés, décorés de personnages et de motifs pharaoniques aux couleurs vives, jaune, rouge, noir et bleu. A l'intérieur, des momies enveloppées de lin blanc noirci par les âges.
"La tombe date de la 18e dynastie, mais il semblerait qu'elle a été réutilisée sous la 21e dynastie (1070/945 avant J.-C.), une époque connue comme celle +des voleurs de tombe+", indique à l'AFP M. Waziri, dont l'équipe effectue des fouilles dans le secteur de Deraa Aboul Naga.
"Un individu doté d'une conscience, un prêtre ou un haut fonctionnaire, aurait récupéré des sarcophages" initialement placés dans des tombes profanées par des pilleurs, et les auraient introduits dans l'hypogée datant de la 18e dynastie pour les préserver, explique l'archéologue.
Devant la tombe, sur une table, s'alignent des dizaines d'ouchebti en terre cuite, couleur ocre, retrouvés dans un puits profond au coeur de la tombe. Non loin de là, à même le sol, des petits vases en argile de toutes les tailles, ocre, rouge et blanc. Les archéologues ont également découvert des squelettes et des crânes humains.

- Deux autres tombes -
A l'entrée de l'hypogée, deux autres entrées menant à deux autres tombes ont été exhumées. "Les fouilles vont se poursuivre pour essayer de découvrir ce que contiennent ces deux tombes et leur propriétaire", selon un communiqué du ministère.
 

Mars 2017 - Découverte exceptionnelle de 66 statues vieilles de 3300 ans.

Le ministère des antiquités égyptiennes a déclaré que 66 statues de la déesse Sekhmet avaient été découvertes dans le temple d'Amenhotep III.

Nouvelle trouvaille sous le sable égyptien. Des chercheurs ont annoncé mercredi avoir découvert 66 statues bien conservées de la déesse Sekhmet, dans le temple d'Amenhotep III, qui subit actuellement une restauration, a déclaré le ministère des Antiquités égyptiennes. L’une d’elles mesure près de deux mètres de haut pour un-demi mètre de large. «Chaque statue est un chef-d’œuvre de la sculpture, combinant la tête d’un lion avec le corps d’une femme qui porte une perruque et une longue robe ajustée», a déclaré le ministre Mahmoud Afifi.

Sekhmet était considérée comme une déesse puissante et l’ancien pharaon aurait demandé à ce que de nombreuses statues soient érigées pour protéger son temple du danger. Notons que chacune des 66 statues est faite en pierre de diorite, un matériau solide également utilisé lors de la construction de temples. C’est probablement grâce à cela qu’elles ont pu résister aux années et au tremblement de terre qui a détruit le tombeau d’Amenhotep III (rappelons que ce pharaon régnait aux alentours de 1391 avant JC).

Dans la partie centrale du temple, les chercheurs ont également découvert une statue royale sans tête qui est censée représentée le pharaon. Pour l’heure, toutes les trouvailles ont été emmenées dans des musées pour être restaurées. Une fois que les équipes de restauration auront achevé leur travail, elles retourneront dans le temple d'Amenhotep III.

 

 

Mars 2017

Novembre 2016 - Temple de Toutmosis III

Une momie vieille de plus de trente siècles a été retrouvée le 13 novembre près du «temple des millions d'années» de Thoutmosis III. Son propriétaire serait un homme de la noblesse, Amenrenef.

Du fond de ses yeux immobiles, trente siècles nous contemplent. Une momie pharaonique plurimillénaire «en très bon état» a été retrouvée dans une tombe sur la rive ouest de Louxor, musée à ciel ouvert à 700 kilomètres au sud du Caire, a annoncé dimanche 13 novembre le ministère des Antiquités.

La découverte a été faite par une équipe d'archéologues espagnols près du «temple des millions d'années» construit par un pharaon de la 18ème dynastie, Thoutmosis III (1479-1425 av. J.C), resté connu pour avoir succédé dans des circonstances mystérieuses à sa belle-mère, la célèbre reine Hatchpsout.

«La très belle momie, recouverte d'un cartonnage (couches de lin tenues par du plâtre, ndlr) est en très bon état», selon un communiqué du ministère des Antiquités. Elle a été retrouvée dans un sarcophage en bois aux couleurs vives, dans une tombe qui pourrait dater de la troisième période intermédiaire (1075 à 664 av.J.C.). Son propriétaire serait un homme de la noblesse, Amenrenef, portant le titre de «serviteur de la maison royale», d'après le texte.

Le cartonnage de la momie «présente de nombreuses décorations qui reprennent des symboles religieux de l'Égypte antique, telles que les déesses Isis et Nephtys déployant leurs ailes, ou encore les quatre fils d'Horus», selon la chef de la mission archéologique, Myriam Seco Álvarez.

Mission archéologique, Myriam Seco Álvarez.Temple de Thoutmosis IIISortie du sarcophage

Mars 2016 - 8 statues de la déesse de la guerre Sekhmet découvertes

8 statues représentant Sekhmet, la déesse au corps de femme et à la tête de lionne viennent d'être mises au jour dans le temple du pharaon Amenhotep III

On dit que de leur bouche sortait le vent du désert… Huit statues de 3400 ans de la puissante divinité égyptienne Sekhmet, ont été mises au jour dans le "temple des Millions d’années" du pharaon Amenhotep III (Amenophis, en grec), le plus grand temple funéraire de l’Egypte antique, situé près de la Vallée des Rois, à Thèbes (Louxor). Selon le ministère des Antiquités égyptiennes, les chercheurs ont trouvé ces statues de granit noir au cours de fouilles menées par l’archéologue allemande d’origine arménienne, Hourig Sourouzian. Six de ces sculptures étaient assises sur un trône, portant à la main droite le symbole de vie ânkh, une croix ansée, les autres étaient incomplètes ou endommagées. De cet extraordinaire temple royal, dont on sait qu’il s’étirait au pied de la montagne thébaine sur 700 m de long et 500 m de large, on ne mentionnerait même plus la localisation si deux gigantesques effigies du pharaon n’avaient pas traversé les millénaires… Les deux colosses de Memnon, qui en protégeaient l’entrée, auxquels s’ajoutent les gigantesques statues de 18 m de haut retrouvés dans les années 2000 par Hourig Sourouzian (lire Sciences et Avenir n° 817).

Sekhmet

Depuis le début des travaux, près de 108 statues de Sekhmet ont été trouvées dans l’enceinte du temple d'Amenhotep III. Elles représentent l’une des plus grandes séries de sculptures jamais exhumées en Égypte. Disposées autour d’un péristyle aujourd’hui disparu, les divinités à tête de lion protégeaient à l’époque la statue du dieu-pharaon située dans le saint des saints de cet extraordinaire sanctuaire, seul accessible aux prêtres.

Décembre 2015 - Une momie sortie de la roche

Un sarcophage quasiment intact et possédant toujours sa momie vient d’être découvert à Louqsor. Il s’agit du prêtre Ankhefenkhonsou du dieu Amon-Rê, remontant à la XXIIe dynastie. 

C’est devenu une habitude pour la mission archéologique égypto-espagnole de l’Institut Madrilène d’études sur l’Egypte ancienne. Dirigée par Francisco Martin Valentin et Teresa Bedman, la mission vient de dévoiler une découverte exceptionnelle qui clôture leur 7e saison de fouilles sur le site. Chaque année cette mission annonce en effet une découverte exceptionnelle.

la mission archéologique égypto-espagnole de l’Institut Madrilène d’études sur l’Egypte ancienne Ankhefenkhonsou

Il s’agit d’un cercueil en bois du prêtre Ankhefenkhonsou du dieu Amon-Rê, de la XXIIe dynastie, découvert tout près de la sépul­ture d’Amenhotep-Houy, vice-roi d’Egypte et vizir durant le règne du pharaon Amenhotep III (1391-1353 av. J.-C.).

« C’est une découverte importante car le sar­cophage est en bon état de conservation. Il est quasiment resté intact », se réjouit Mamdouh Al-Damati, ministre des Antiquités.

Ce sarcophage a été découvert caché dans une roche. « C’est un bon exemple des sarcophages de la XXIIe dynastie », indique le directeur du secteur des Antiquités, Mahmoud Afifi. Fabriqué en bois et recouvert d’une couche d’albâtre, il représente un homme qui, d’après les inscrip­tions gravées, serait Ankhefenkhonsou. Il porte une perruque, une couronne décorée de fleurs et de rubans colorés et a une barbe tressée. Sur sa poitrine, se croisent ses mains tenant deux roseaux de papyrus, au-dessus d’un large collier.

Le sarcophage comprend des textes sur la personnalité et les postes qu’a occupés le défunt. Plusieurs dessins funéraires gravés à l’extérieur du sarcophage montrent Ankhefenkhonsou pré­sentant des offrandes aux dieux Osiris, Néfertum, Anubis et Hathor.

« C’est un sarcophage d’une grande beauté », explique l’archéologue Sultan Eid, directeur de la région archéologique de la Haute-Egypte. Martin Valentin, directeur de la mission de fouille, souligne aussi le caractère exceptionnel de cette découverte : « Depuis le XIXe siècle, de nombreuses fouilles ont été effectuées à Thèbes. Il est de plus en plus difficile de trouver une sépulture intacte. Par ailleurs, dans 90 % des cas, le sarcophage a été vidé de sa momie, ce qui n’est pas notre cas».

La mission archéologique comprend 28 pro­fessionnels : égyptologues, archéologues, res­taurateurs, anthropologues, architectes et épigra­phistes. Elle travaille à Al-Assassif, grande nécropole thébaine, sur la tombe du vizir Amenhotep-Houy. Cette saison, la mission a fouillé la partie nord-ouest de la cour de la tombe TT28. Après 18 jours, les experts espa­gnols ont découvert le sarcophage d’Ankhefen­khonsou. « On a constaté non loin de la cour une anomalie dans la roche et, en creusant sur environ deux mètres, on a trouvé le sarcophage. La prochaine étape est de l’étudier et de le res­taurer », raconte Martin Valentin.

Ankhefenkhonsou est un notable de la XXIIe dynastie, à Thèbes, capitale de l’Egypte antique. Il était prêtre du dieu Amon-Rê au temple de Karnak et le scribe du roi. Martin Valentin ajoute : « Vu les particularités de ce cercueil, sa découverte fournira beaucoup d’informations sur les pratiques funéraires de l’époque ».

La tombe TT28 d’Amnehotep-Houy a été découverte en 1978. Depuis octobre 2009, elle fait l’objet de fouilles menées par cette équipe espagnole. « Cette tombe nous informe trop sur une période sombre et mouvementée de l’Egypte ancienne, surtout sur le passage au culte mono­théiste du soleil, au cours du règne du roi Amenhotep IV (ou Akhénaton) », précise Martin Valentin.

Depuis 2009, les différentes campagnes de fouilles ont mis au jour un grand nombre d’arte­facts, de momies, de vases, de colliers, d’amu­lettes et de morceaux de sarcophages. En 2014, cette équipe avait découvert le sarcophage et la momie d’une prêtresse d’Amon. Les travaux de fouilles se poursuivent.

Mars 2015 - La tombe d'un fonctionnaire d'Amon découverte à Louxor.

Une tombe de la 18ème dynastie appartenant à un foctionnaire d'Amon, Amenhotep, a été découvert  sur la rive ouest de Louxor.
Le tombeau a été découvert par une mission archéologique du Centre de recherche américaine du Caire lors de travaux d'excavation effectués dans la nécropole de Gourna.

Photo tombe

Le Ministre des Antiquités Mamdoud Eldamaty précise mardi que la tombe est en forme de T avec deux grandes salles et une petite niche inachevée à son extrémité. 

Il a poursuivi en disant que les murs de la tombe sont peints avec des scènes représentant le propriétaire du tombeau et sa femme devant une table d'offrandes. Des scènes de chasse sont décores une partie des murs.

Soltan Eid, directeur des antiquités de la Haute Egypte , a expliqué que le tombeau a été soumis à la détérioration du à des pillages dans l'Antiquité. Certaines parties des scènes peintes et des textes hiéroglyphiques sont effacées ainsi que le nom du dieu Amon. Une telle action, affirme Eid, indique que la tombe a été dégradée au cours de la révolution religieuse dirigée par le roi monothéiste Akhenaton qui a uni tous les anciens dieux égyptiens en un seul appelé Aton.

2015 635609831079580476 958 2015 635609830918336668 833

Le tombeau sera soumis à la restauration afin de l'ouvrir aux visiteurs.

Mai 2014 - 50 momies découvertes dans la vallée des rois !

Une «immense» nécropole avec près de 50 momies ou restes de momies, notamment de princesses et princes de la XVIIIe dynastie des pharaons (1550-1292 av. J-C.), a été mise au jour dans la vallée des Rois, a annoncé lundi le ministère des Antiquités.

Découverte dans la province de Louxor, dans le sud, «l'immense nécropole contient des restes de momies qui pourraient être celles de membres de la famille régnante, en particulier des fils des rois Thoutmôsis III et Thoutmôsis IV de la XVIIIe dynastie», selon un communiqué du ministère, qui a mené les fouilles conjointement avec une mission archéologique de l'université suisse de Bâle.

Des restes de sarcophages en bois et de masques mortuaires ont été découverts sur les lieux, ainsi que des vases canopes, ou morceaux de canopes, ces récipients dans lesquels étaient déposés les viscères des défunts après leur embaumement.

Des restes de sarcophages en bois et de masques mortuaires ont été découverts sur les lieux, ainsi que des vases canopes, ou morceaux de canopes, ces récipients dans lesquels étaient déposés les viscères des défunts après leur embaumement.

L'examen par la mission suisse des inscriptions sur les canopes a permis d'identifier plus de 30 noms de personnes enterrées dans la nécropole, notamment des princesses aux noms jusqu'alors inconnus, assure Mohamed Ibrahim, le ministre des Antiquités, dans le communiqué.

La nécropole est située à l'extrémité nord-ouest de la vallée des Rois, plus loin que la tombe de Toutânkhamon, explique de son côté le responsable des Antiquités à Louxor, Abdelhakim Karar, selon qui l'importance de cette découverte réside surtout dans le fait que de nouveaux noms de princesses ont été révélés, mais aussi qu'elle ait eu lieu dans la Vallée des Rois dont on croyait que tous les secrets avaient été dévoilés.

Quelques-unes des cinquante momies, dont certaines en très bon état, sont celles de nouveau-nés, affirme une responsable de la mission suisse dans le communiqué. Certains masques et canopes révèlent aussi que la vallée des Rois avait non seulement servi aux familles royales, mais aussi pour les familles de prêtres postérieurement. La nécropole a été pillée à plusieurs reprises dans l'antiquité, selon le communiqué.

Mars 2014 - Découverte de la tombe de «Maai»

Une équipe italo-espagnole a découvert une nouvelle tombe alors qu'elle travaillait au dégagement de la tombe numérotée 109 dans la vallée des rois .Cette tombe est apparue en nettoyant un des murs de la tombe 109. Cette nouvelle tombe appartient à un certain May, de la 18e dynastie. La tombe a beaucoup souffert et la décoration est en partie détruite.

Tt109 thomb map  Entrée de la tombe 109  Mila Alvarez Sosa

Maai, qui dirigeait l'écurie de l'armée, était également l'intendant en charge des fermes royales et des stocks de denrées, a précisé un responsable du ministère Ali El-Asfar. «Les inscriptions visibles (sur les murs de la tombe) sont très importantes car elles donnent des informations sur la vie quotidienne du propriétaire de la tombe, sur sa famille et sur le mode de vie d'un haut fonctionnaire de l'époque», a indiqué un autre responsable du ministère Abdel Hakim Karar.

Banquet  Vista tomba

L'une des scènes peintes montre Maai et son épouse Nefret, tandis qu'une autre représente des hommes et des femmes autour d'un banquet et une troisième des scènes de sacrifices rituels, selon le ministère. Source : http://www.min-project.com/en-gb/home.aspx

Février 2014 - une momie vieille de 3 600 ans découverte à Louxor

Le sarcophage en bon état fait 2 mètres de long et 50 centimètres de large. Il a été découvert par une équipe d'archéologues espagnols.

Les archéologues espagnols et leur découverte. © Luxor Times

Le ministère égyptien des Antiquités a annoncé jeudi la découverte dans la cité antique de Louxor d'une momie vieille de 3 600 ans à l'intérieur d'un rare sarcophage en bois portant des dessins de plumes. Découvert par une équipe d'archéologues espagnols, le sarcophage de 2 mètres de long et 50 centimètres de large est en bon état, et ses couleurs encore vives, selon le communiqué du ministère.

Cette découverte d'un sarcophage décorée de dessins de plumes est très rare, a souligné le ministre Mohamed Ibrahim. "Le sarcophage date de la XVIIe dynastie" (1 600 ans av. J.-C.), a expliqué le directeur du département pharaonique au ministère, Ali el-Asfar. "Il pourrait appartenir à un homme d'État important, peut-on déduire des analyses préliminaires du sarcophage et de ses inscriptions", a-t-il ajouté. Le sarcophage porte des inscriptions hiéroglyphiques censées faciliter le voyage vers l'au-delà, selon les croyances pharaoniques. Les dessins de plumes symbolisent Maât, la déesse égyptienne du droit qui aurait pesé les coeurs des morts en contrepoids d'une plume pour déterminer leur statut dans l'au-delà.

                                        2426300 spanish mission discovery or rishi coffin 5 jpg 2084538    spanish mission discovery or rishi coffin

La découverte a eu lieu sur un ancien site funéraire sur la rive occidentale de Louxor, près d'une tombe appartenant au gérant de l'entrepôt de la reine Hatshepsout, membre de la XVIIIe dynastie qui régna sur l'Égypte de 1502 à 1482 av. J.-C.

L'équipe espagnole, qui travaille à Louxor depuis treize ans, avait découvert l'an dernier le sarcophage en bois d'un garçon de cinq ans datant de la XVIIe dynastie. Louxor, ville du sud de l'Égypte qui compte 500 000 habitants, est célèbre pour ses temples pharaoniques sur les bords du Nil. Source Le Point.fr

Janvier 2014 - Sarcophage géant à Abydos

La découverte d'un Sarcophage géant conduit les archéologues au tombeau d'un pharaon Auparavant Inconnu !

Sarcophage de Woseribre Senebkay

Les archéologues travaillant sur le site égyptien au sud d'Abydos ont découvert la tombe d'un pharaon inconnu : Woseribre Senebkay, c'est la première preuve matérielle d'une dynastie d'Abydos oublié (1650-1600 avJC)

Travaillant en collaboration avec le Conseil suprême des antiquités de l'Egypte , une équipe de la Penn Museum , Université de Pennsylvanie , a découvert la tombe du roi Senebkay près d'une grande tombe royale récemment identifié comme appartenant à un roi Sobekhotep ( probablement Sobekhotep I, -1780 avjc ) de la 13e dynastie.

                                                tombe du roi Senebkay    Le sarcophage géant

Les membres de l'équipe fouillent la chambre funéraire du pharaon Woseribre Senebkay . Photo: Josef Wegner , Penn Museum .

Janvier 2014 - La tombe d'un brasseur de bière du temps des Pharaons découverte.

La sépulture, vieille de 3 200 ans, a été trouvée par une équipe d'archéologues japonais.

Nous avons tous été émerveillés par les photos de la nouvelle tombe thébaine découverte par la mission japonaise ... EA ne pouvait donc manquer d'y revenir ...

La tombe

La mission de la Waseda University, dirigée par le Dr Jiro Kondo, mène plusieurs chantiers de fouilles sur la west bank de Louxor, la tombe d'Aménophis III dans la west valley et plusieurs autre sites sur la nécropole thébaine (Sheik abdel Gournah, Dra Abu El Naga et Al Khokha) .

C'est précisément là que se déroule la découverte. La nécropole d'Al Khokka se trouve sur une colline située entre le petit enclos de Gournah et Assassif, tout près de la maison de la mission polonaise (ex metropolitan house) à gauche du temple de Deir el Bahari. Khokha signifie une ouverture dans un mur, une porte donc très certainement un qualificatif en rapport avec les hypogées. Les tombes datent de l'ancien empire, de la première période intermédiaire et des XVIIIe et XIXe dynasties.

C'est en nettoyant les abords de la TT47 - Tombe d'Userhat datant du règne d'Aménophis III- que la mission à découvert  "la tombe d'un responsable de la production de bière de la dynastie des Ramsès, qui régnait il y a 3.200 ans. La découverte de la tombe de Khonso Em Heb "est l'une des plus importantes (...) dans la nécropole de Thèbes", a indiqué vendredi 3 janvier le ministère égyptien des Antiquités. Il a souligné la présence de "paysages dessinés et de diverses inscriptions sur les murs et le plafond (...) qui révèlent de nombreux détails de la vie quotidienne dans l'Egypte antique, notamment les relations entre le mari, sa femme et leurs enfants, ainsi que les rituels religieux. Un des murs montre le chef des brasseurs, également à la tête des réserves royales, présentant des offrandes aux dieux, entouré de sa femme et de sa fille...".

La tombe a l'architecture courante des tombes thébaines : en forme de T, avec deux couloirs et une chambre funéraire. Elle est contigüe à une autre tombe non aboutie. Les photos publiées témoignent de son excellent état de conservation. Les scènes sont d'une grande qualité et l'éclat des couleurs  exceptionnel !

Le titre du propriétaire "Responsable de la production de bière" est l'occasion de rappeler que cette boisson était considérée comme ayant une origine divine. "Ce sont les dieux du Nil Hâpy, Osiris, Isis et le dieu-soleil Rê qui ont offert la bière au monde. C'est Amon-Rê que Ramsès II, surnommé le pharaon brasseur, vénère en offrant pas moins de 466 308 amphores ou cruches de bière au culte divin, ce qui correspond à plus ou moins un million de litres de bière ! On a référencé quatre types de bières : zythum (littéralement "vin d'orge", bière légère largement répandue), dizythum (bière double), carmi (bière douce), korma (bière au gingembre)."

Comment ne pas lever notre verre en l'honneur des découvreurs ? Il nous reste aussi à espérer que cette tombe sera rapidement ouverte au public  ... de quoi inciter les touristes à venir découvrir cette merveille !

Marie.Texte Marie Grillot

Institut d'Egyptologie de Waseda au Japon

Novembre 2013 - La campagne de fouilles du Ramesseum

La campagne de restauration et de fouilles a repris au Ramesseum sous la direction de Christian Leblanc.

Les recherches actuellement engagées au Ramesseum, doivent permettre de restituer, autant que faire se peut, les événements qui ont marqué et jalonné l'histoire de ce temple. Il faut espérer qu'elles apporteront des données nouvelles sur ce qui advint de ce mémorial après l'abandon du culte. Memnonia

plan du Ramesseum - Memnonia 2011

Plan du site - Ouvrage Memnonia 2011.

Secteur PLR Secteur DBS devant STO - Ramesseum Secteur DBS devant STO - Ramesseum

Peu d’édifices antiques ont laissé des vestiges aussi impressionnants que le grand « temple de millions d’année », que Ramsès II a fait construire, dés le début de son règne, sur la rive gauche de Thèbe, au treizième siècle avant notre ère… il offre encore aux regards des visiteurs un ensemble de ruines d’une singulière beauté ;-celles-ci couvrent une superficie de plus de cinq hectares. Ses hautes colonnes, supportant des plafonds faits de grosses dalles de grés, nous rappellent, mais avec élégance, les proportions de la grande salle hypostyle de Karnak, sur la rive opposée du Nil. L’énorme colosse de granit rose, renversé dans l’axe de la première cour, attire immanquablement la foule des curieux, et le sourire énigmatique d’autres statues royales, en granit noir, contribue au charme de la découverte du temple …. Christian Leblanc - Memnonia n°1

Tailleur de Pierre - Ramesseum Allée entre STN et STO - Ramesseum Secteur DBS - Régine - Ramesseum

Tailleur de pierre - Ramesseum Secteur PLR - Au loin C.Leblanc - Ramesseum Secteur DBS devant STO - Régine au travail - Ramesseum

Photos ci-dessus de Régine. Novembre 2013

Daniel au travail - Ramesseum

Photo ci-dessus de Marie-Paule. Novembre 2013

Novembre 2013 - DÉCOUVERTE DE DEUX STATUES DE DIGNITAIRES ÉGYPTIENS SUR LE SITE D'ERMANT

Dans le cadre d'une mission conjointe de l'Institut français d'archéologie orientale (IFAO), du Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak (USR 3172, CNRS) et de l'unité Archéologie des sociétés méditerranéennes (UMR 5140, CNRS-Université Paul Valéry Montpellier III) des travaux archéologiques sont menés sur le site d'Ermant, l'antique Hermonthis, à quelques kilomètres au sud de Louqsor.
Le dégagement en cours des niveaux de destruction du temple principal consacré au dieu Montou-Rê a permis de mettre au jour deux statues, l'une en calcaire (93 cm de haut) et l'autre en granodiorite (68,5 cm de haut). Leur état de conservation, les textes hiéroglyphiques qu'elles portent ainsi que leur iconographie font de ces deux statues des œuvres exceptionnelles et atypiques.

Les deux statues

La statue en calcaire représente le scribe (et) médecin du roi Nebamon accompagné par plusieurs membres de sa famille. Il présente une statue assise du dieu Montou abritée dans son naos. Ce personnage était connu par une autre statue découverte à Ermant en 1980 au cours de fouilles menées par le Service des Antiquités d’Égypte.
La statue en granodiorite appartient au premier grand prêtre de Montou d’Ermant, Ramose, contemporain de Ramsès II. Il présente sur une table d’offrandes deux têtes de faucon, images du dieu Montou : cette appariation demeure hors normes. Ramose n’était jusqu’à présent connu que par une statue conservée à Chicago (Art Institute no 20264) et par une représentation dans la tombe thébaine d’un certain Khonsou (TT 31) dans laquelle il participe à une procession en l’honneur du dieu d’Ermant.

Les deux statues

– CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – CSA / USR 3172 du CNRS -

Novembre 2013 - Cinq têtes de statues pharaoniques découvertes.

Une équipe d'archéologues français et égyptiens a découvert cinq têtes de statues royales de l'Egypte pharaonique au sud de Louxor. Selon les experts, ces statues pourraient dater de l'époque du Moyen Empire égyptien, fondé il y a 4.000 ans.

C'est une découverte archéologique rare et inestimable que celle que vient de faire une équipe d'archéologues français et égyptiens. Ensemble, ils ont retrouvé cinq têtes de statues royales datant possiblement de 4.000 ans. Le chef du département des antiquités pharaoniques Mohamed Abdel Maqssoud a précisé que chacune des têtes, couronne comprise, mesurait 50 centimètres, et estimé que ces statues datent de l'époque du Moyen Empire égyptien.

Il a ajouté que des experts étudiaient actuellement les têtes afin de déterminer si elles appartiennent à des statues retrouvées décapitées il y a plusieurs années. "Les têtes de statues découvertes portent des couronnes de Haute et de Basse-Égypte sculptées dans le calcaire", a de son côté précisé le ministre des Antiquités, Mohamed Ibrahim.

Parmi l'équipe d'archéologues à l'origine de cette découverte, le français Christophe Thiers. Egyptologue au CNRS et à l'université de Montpellier 3, il explique que "les statues sont extrêmement bien conservées". "Ce sont des portraits royaux dont deux portent des couronnes. Elles n'ont pas encore été extraites du site où nous les avons découvertes, car nous avons besoin de les étudier sur place", poursuit le scientifique.

Mai 2013 - découverte de plusieurs tombes de la 17e dynastie

L'équipe espagnole du projet Djehuty a découvert plusieurs tombes dans la nécropole de Dra Abu el-Naga. Ce lieu est connu pour les tombes "royales" de la 17e dynastie, période durant laquelle l'Egypte est encore dominée par les Hyksôs mais où Thèbes (Louxor) va garder une certaine indépendance et mener la guerre.

Les archéologues ont découvertes 4 tombes de cette obscure période dont les tombes d'Antefmose et d'Ahhotep. Antefmose serait un fils d'un roi, visiblement du roi Sobekemsaf, un des premiers "rois" de la 17e dynastie. C'est donc pour nous une grande découverte car la tombe peut nous en apprendre plus sur la dynastie et les liens avec les hyksôs. La tombe de Ahhotep nous apprend que Ahhotep était une sorte de "porte-parole" de Nekhen (Hierakonpolis, au sud de Louxor)

Les tombes sont décorées et permettront de mieux connaître l'art funéraire de la 17e dynastie. Source : Pharaon magazine

Mai 2013 - Akhmim : la tête de Ramsès II désormais en lieu sûr

Tête de Ramses II

Cette énorme tête en calcaire du pharaon Ramsès II a été découverte il y a six ans, sur le site d'Akhmim, non loin de Sohag. (environ 200km au nord de Louxor)
Malheureusement, ce site a été laissé à l'abandon, puis investi par les habitants comme cimetière.
Les habitants ayant reçu ensuite l'ordre de ne plus y enterrer leurs morts, la zone a été proclamée site archéologique sous la juridiction du ministère des Antiquités.
Toutefois, depuis la Révolution de janvier 2011, tout le chantier a été mis en attente et la zone négligée, au point de devenir un vaste dépotoir.
«Ce n'est plus le cas aujourd'hui", affirme Adel Hussein, l'un des responsables des Antiquités égyptiennes. Ainsi, la tête de Ramsès II et tous les objets trouvés ont été stockés dans les locaux de l'inspection de Sohag, et des policiers ont été affectés sur les lieux pour les protéger des fouilles illégales et du vandalisme.

20 Février 2013 - Une nouvelle pyramide découverte à Louxor par des archéologues belges

Les égyptologues en rêvaient depuis des décennies. Ce sont deux archéologues belges, l'un de L'ULB l'autre de l'ULg qui l'ont fait. Ils viennent de découvrir une nouvelle pyramide à Louxor, celle du vizir Kay, grand Vizir de Ramsès II. Les autorités égyptiennes n'en reviennent pas, les scientifiques non plus. Une très belle découverte made in Belgium. Laurent Bavay, l'archéologue de l'ULB grand découvreur avec Dimitri Laboury de ce monument. 

Les autorités égyptiennes ont annoncé en premier la découverte, mercredi 20 février : la découverte d'une nouvelle pyramide datant de l'époque ramesside, au cours de recherches archéologiques menées sur la colline de Cheikh Abd el-Gourna. D'après les inscriptions qui figurent sur les vestiges, la tombe serait celle d'un éminent personnage, le vizir Khay qui fut une sorte de Premier ministre pour Ramsès II.

Vestiges de la pyramide en briques crues du vizir Khay, dans la cour d’une tombe plus ancienne

L'édifice, dont la base mesurait 12 mètres de côté et la hauteur près de 15 mètres, était située dans la cour d'une tombe plus ancienne appartenant au substitut du chancelier Amenhotep, découverte par la mission belge en 2009. Le monument a été largement détruit au VIIe-VIIIe siècle de notre ère, lorsque la tombe a été transformée en ermitage copte.

Il s'agit assurément d'une découverte de premier plan, le vizir Khay étant un personnage connu, qui supervisa notamment la construction des tombes royales dans la Vallée des Rois et la Vallée des Reines.

Photo de Marie-Paule.

Pour les archéologues belges, c'est également une découverte de premier plan et un joli succès. Source RTBF T.N. avec Françoise Baré

Février 2013 - Deux statues d'Amenhotep III redécouvertes proche des colosses de Memnon

Une mission archéologique égypto-allemande travaillant à Louxor a commencé à transporter vers un autre endroit deux statues du pharaon Amenhotep III, redécouvertes récemment, a déclaré Mohamed Ibrahim, secrétaire d'Etat aux Antiquités.

Il s'agit des deux plus grandes statues du roi Amenhotep III, a indiqué M. Ibrahim, précisant que chacune des deux statues mesure 14 mètres de hauteur, et est basée sur un piédestal de quatre mètres de hauteur.

  Chargement des colosses - Photo Jane Akshar Prépartion des colosses - Photo Jane Akshar Le puzzle - Photo Jane Akshar   

Les deux statues sont en grés, et représentent Amenhotep III en position debout, a-t-il ajouté.

Photo de Facebook

Selon le secrétaire d'Etat aux Antiquités, les deux statues en question avaient été découvertes en 1933, avant d'être redécouvertes en 2010, puis récemment.

Photo de Mylène - Février 2013Photo de Mylène - Février 2013Photo de Mylène - Février 2013

Photo de Mylène - Février 2013Photo de Mylène - Février 2013Photo de Mylène - Février 2013

Photo de Mylène - Février 2013Photo de Mylène - Février 2013Photo de Mylène - Février 2013

15 Janvier 2013 - Karnak : découverte d'une statue de la déesse Sekhmet.

Le Dr. Mohammed Ibrahim, ministre d'État des Antiquités égyptiennes, a annoncé aujourd'hui mardi 15 janvier, la découverte d'une magnifique statue en granit de la déesse Sekhmet, datant de l'époque du roi Amenhotep III, dans le temple de la déesse Mout (Temple de Karnak).
Cette découverte a été faite au cours de travaux de restauration du site.

Karnak : découverte d'une statue de la déesse Sekhmet
La statue représente la déesse Sekhmet, avec une tête de lionne et un corps humain. Elle mesure 180 cm. Sur sa tête, sont représentés le Soleil et des cobras. La déesse tient, dans la main droite, le "Ankh" égyptien, et, dans la main gauche, une fleur de lotus.
Source : page Facebook du ministère des Antiquités. Scoop.it

Janvier 2013 - Des tombes découvertes près du Ramesseum à Louxor.

Le site du temple funéraire d'Aménophis II a réservé une surprise aux archéologues. L'équipe italienne fouillant le temple a découvert plusieurs tombes de la 3e période intermédiaire, creusées dans le sol. Cette découverte n'est pas exceptionnelle car le Ramesseum a déjà livré de nombreuses tombes de la même période, le 1er millénaire avant notre ère.

  Temple d'Aménophis II - Janvier 2013 - Photo de Marie-Paule   Temple d'Aménophis II - Janvier 2013 - Photo Pharaon Magazine  Temple d'Aménophis II - Janvier 2013 - Photo de Marie-Paule

Les tombes contenaient encore des objets dont des vases canopes.

23 novembre 2012 - Une statue royale mise au jour à Armant.

Une statue royale a été découverte dans le temple de Montou à Armant (5 km au nord de Karnak) par la mission française dirigée par Christophe Thiers.Ce temple, fondé à la XIIe dynastie, a été principalement modifié au Nouvel Empire et à l'époque ptolémaïque. Sur le pylône on peut encore voir quelques beaux reliefs datant de Thoutmosis III.

                Armant                    Armant                 

En revanche, le sanctuaire dédié à Horphré, fils de Montou, et construit par ordre de Cléopâtre VII, fut malheureusement démonté par les habitants et servirent de matériaux de construction. La cité fut occupée jusqu’à l’époque copte.

Montou, dieu faucon, grande divinité thébaine, possédait quatre temples dans ce nome. Tôd, Médamoud, Karnak et Armant. C’est dans le temple d’ Armant (en ancien égyptien  Iouny puis Hermonthis en grec) qu’a été découverte cette statue en granit noir de 1,25 m. Elle représente un roi debout. D’après les critères artistiques, elle devrait dater du Nouvel Empire.

Armant

La statue a été transférée dans les réserves du Ministère des Antiquités afin d’être restaurée et étudiée.

Source : djeserdjeserou.blogs-de-voyage.fr

Octobre 2012 - Restauration du Ramesseum.

Secteur PCR - Une grue déplace les fragments du colosses en vu de la reconstitution partielle de la statue de la reine Touy.

Déplacement des fragments - Le Ramesseum Eric - Tailleur de Pierre - Le Ramesseum Déplacement des fragments - Le Ramesseum

Déplacement des fragments - Le Ramesseum Au centre Marie-Paule - Le Ramesseum Déplacement des fragments - Le Ramesseum

Momo et Christian Leblanc - Le Ramesseum Déplacement des fragments - Le Ramesseum Momo  - Le Ramesseum

Déplacement des fragments - Le Ramesseum Repas - Le Ramesseum Déplacement des fragments - Le Ramesseum

Photos de Marie - Paule

Janvier 2012 : Découverte d’une nouvelle tombe dans la vallée des rois, la KV64

L’équipe de l'université de Bâle vient d’annoncer (dimanche 15 janvier 2012) la découverte d’une nouvelle tombe datant de plus de 3000 ans dans la Vallée des rois. Seule une tombe (KV63) avait été découverte à cet endroit depuis la fabuleuse découverte de la tombe de Toutankhamon (KV62) en 1922. Selon les inscriptions trouvées dans cette nouvelle tombe, elle appartiendrait à Nehmes Bastet, une chanteuse du temple d’Amon qui officiait sans doute au temple de Karnak et qui vécut entre 945 et 712 avant J.C. sous la 22ème dynastie.La découverte remonte au 25 janvier 2011, mais ne pouvant assurer sa sécurité à cause de la révolution, les travaux d’excavation n’ont recommencés que début janvier 2012. La salle a seulement été officiellement identifiée comme une tombe la semaine dernière. Elle contenait un sarcophage en bois peint en noir, décoré avec des textes hiéroglyphiques et une stèle en bois gravée avec les noms et titres de la momie.
La tombe n'aurait pas été initialement construite pour la chanteuse et elle a été réutilisée 400 ans après sa première utilisation. Le ministre des antiquités égyptiennes Mohammed Ibrahim a déclaré à l'AFP que la chanteuse était la fille d'un prêtre. Il a également annoncé que c’est une découverte importante car elle montre que la Vallée des Rois a également été utilisée pour l'inhumation de personnes ordinaires.
L’étude de ce nouveau tombeau ne fait que commencer, nous allons donc probablement en apprendre plus dans les prochains mois.

kv64

Sources : KV64 : nouvelle tombe dans la vallée des rois Site de la mission suisse

Commentaires (22)

1. Michel 26/11/2017

Depuis mon enfance j'ai toujours ressenti quelque chose d'étrange me faisant "adorer" cette ancienne culture. Depuis je reproduit tant bien que mal des statuettes des masques de sarcophages etc....j'étais peut-etre un artisan qui se souvient de sa vie passée :) et quoi penser de cette cavité dans la grande pyramide ? Peut-être quelque-chose qu'il ne vaudrait mieux ne pas mettre au jour ?

2. Sky 11/06/2017

Ali ben non 1200 avant jc c'est plus vieux que 1000 av jc donc il n'y a rien de louche..
il faut juste réflechire et savoir lire les date

3. Ali 13/03/2017

A propos de la découverte du mois de Nov. 2016, d'abord une momie vieille de 30 siècles ceci veut dire d'environ 1000 ans av. JC, d'autre part les 4 fils d'Horus ne sont représentés que depuis 1200 à 1220 av.JC. Il y a donc du louche dans l'interprétation de votre datation, car cette momie doit dater du temps des Merenphtah!!!!!

4. manu 21/06/2016

J'ai effectué 2 années de suite un voyage organisé Louxor, Philae, Abou Simbel, Assouan, Kom Ombo, Edfou, Le jardin botnique, village Nubien, Gize, Sakara, les colosses de Memnon, la Vallée des Rois ainsi que le musée du Caire. Avec mon épouse des passionnées avons été super enchantés et sommes toujours des passionnés on vous en remercies pour ces autres découvertes car vous nous faite voyagez, continuez ainsi on ne peut oublier ces bon moments encore merci

5. Pascal Pelletier 12/06/2016

Chère Madame
Pour répondre à votre question, sachez que les membres d'une mission archéologique en Egypte appartiennent à des institutions officielles (CNRS, universités ou musées).
C'est une exigence des autorités égyptiennes que nous devons respecter. Seuls des étudiants en cours de doctorat (égyptologie, archéologie, restauration) peuvent se joindre
aux équipes professionnelles qui travaillent sur le terrain, après acceptation du comité permanent des antiquités.
Dans le cas où vous prépareriez une thèse en égyptologie, vous pouvez dès lors faire une demande de stage dans une équipe de recherche qui détient une
concession archéologique en Egypte.
Bien cordialement. CL

6. Ferré Marie 12/06/2016

Comment peut on faire pour intégrer une équipe de fouille ? Passionnée d’égyptologie,
j'aimerais participer à une campagne de fouille. Merci de me donner la procédure à suivre.

7. Fabien VERNET 27/03/2016

Bonjour j'aimerais savoir ou en sont les découvertes sur la grande pyramide menée par le projet "scanpyramide"?
On en parle plus trop pour le moment?hâte de connaître les résultats.
Et y avait il vraiment un second sphinx comme l'indique la stelle au pied du Sphinx?

8. Alfredo 08/12/2015

merci pour cette actualité très passionnante !!!!! et mega instructive.....

9. lily 01/10/2015

Une expédition menée lundi 28 septembre révèle que le tombeau de Toutankhamon pourrait abriter deux pièces cachées, dont l'une d'elle mènerait à la tombe de la reine Néfertiti,suite à l'observation de fissures sur les parois derrière les peintures. Mais si vs regardez bien ce tombeau, je vois a peu près comment on pourrait découvrir les chambres funéraires cachées. Vs constaterez que vs avez plusieurs ronds cendrés sur le haut du plafond et quelques uns sur les cotés. L'ouverture des chambres secrètes ne se fait pas au sol, ni sur les cotés..S'il y a des fissures c'est qu'elles proviennent du plafond ! il y donc un passage qui se fait du haut pr mener derrières les murs...Si un grand scientifique me lit ( car moi je ne m y connais pas trop !) il suffit de mettre des poutres pr maintenir les cotés et le haut ( a la meme position que ces ronds de couleurs cendres ( je dis ronds car je ne saurais dire ce que c'est !) une fois les poutres accrochés symétriquement a ces parois, l'ouverture du passage secret se fera de lui même....

10. milisanders (site web) 19/09/2015

merci beaucoup pour toutes ces informations, c'est un réel plaisir, car cela me fascine beaucoup :-)

11. mackosso theve (site web) 05/07/2015

j’aimerais savoir si le processus de momification aurait subit des changements voir des modifications par rapport aux différentes crises sociopolitiques en Egypte antique

12. Elisabeth 22/02/2015

Quel bonheur de voir que les fouilles et découvertes continuent.
En espérant que bientôt elles seront ouvertes au public, elles nous permettent de patienter en attendant le prochain voyage dans ce pays aux milles merveilles.
Merci pour votre site.

13. louxor-egypte 26/09/2014

Bonjour Michel,
La momie de Nefertiti n'a pas été découverte à ce jour.
Mais il y a effectivement une ressemblance. Amicalement - Pascal

14. Michel 25/09/2014

Le visage de la première photo fait penser a Nefertiti. Sait t on qui est ce personnage ?

15. sed 03/07/2014

Bonjour , attention la tombe 109 n'est pas dans la vallée des rois
Bien à vous

16. roland 14/06/2014

heureux d en apprendre d avantage sur nos ancetres

17. chantal 12/03/2014

tres beaux reportages, une autre facon de rester connectee sur les dernieres decouvertes egyptiennes merci

18. Emmanuel (site web) 02/12/2013

Encore plus de photos : http://edenanot.com/

19. Monique 01/12/2013

Et voilà Daniel embauché dans l'équipe des tailleurs de pierres!

20. Danielle 29/11/2013

Fabuleux toutes des découvertes et merci de nous les faire connaître cela donne envie de retourner dans de beau pays

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.